Questions et réponses

Le sel, qu’est-ce que c’est, en fait ?
Le sel solide est la liaison cristalline de particules à charge électrique dans ce qu’on appelle une grille d’ions. Les solutions salines conduisent le courant électrique. Dans le sel de cuisine, dont l’appellation chimique est chlorure de sodium (NaCl), le métal léger sodium s’allie au gaz chlore et se cristallise sous forme de cube. L’aspect du sel de cuisine blanc comme la neige n’évoque plus aucune de ses deux substances d’origine (photo).

Pourquoi la mer est-elle salée ?
Les avis des scientifiques divergent, et une réponse définitive fait encore défaut. On pense que le sel est arrivé dans la mer préhistorique lors du refroidissement du globe terrestre, par le biais de l’activité volcanique et des eaux d’érosion et que, depuis qu’ils existent, les océans ont toujours été plus ou moins salés.

Quelle quantité de sel est-elle contenue dans la mer ?
Cette quantité est inimaginable, presque inépuisable, environ 50 milliards de milliards de tonnes. Ce chiffre ne compte pas moins de 16 zéros. Imaginez cette quantité comme un cube de sel compact. Il aurait des arêtes de 283 km de longueur, ce qui correspond au trajet Bâle-Lugano !

Qu’est-ce qui donne son goût salé au sel ?
C’est l’ion sodium qui définit la qualité du goût. Le sel de cuisine (chlorure de sodium) a pour nous un meilleur goût que le chlorure de potassium ou de magnésium. La langue ne s’y trompe pas, car seul le sel a un goût de sel. En plus du « salé », nous connaissons encore le « sucré », l’« acide », l’« amer » et l’« umami » (semblable au glutamate) comme sensations élémentaires du goût (illustration).

Quelles sont les différences entre le sel de roche, le sel raffiné et le sel marin ?
Du point de vue chimique, aucune. La différence, c’est le type de production. Le sel de roche provenant des mères géologiques des mers est extrait à sec et directement dans les mines. Après lixiviation à l’eau, transport sous forme de saumure et cristallisation par ébullition, il s’appelle sel raffiné. Le sel obtenu à partir de l’eau de mer s’appelle sel marin.

Quelle est la quantité de sel produite annuellement ?
Cette production considérable se chiffre à 200 millions de tonnes, y compris le sel marin et le sel de saumure.

Quelle est la quantité de sel produite annuellement en Suisse ?
Aux Salines Suisses du Rhin, environ 400 000 tonnes par année en moyenne. Ceci correspond à un cube de sel de roche solide, dont les arêtes feraient 57 m de longueur (illustration).

Où y a-t-il des couches de sel de roche en Suisse ?
Les provisions s’étendent du Plateau central jusqu’en Suisse romande, et sous la chaîne montagneuse du Jura, du Rhin jusqu’à Neuchâtel. Les gisements se trouvent au nord à 100-300 m et à l’ouest jusqu’à 3000 m au maximum sous la surface terrestre. La mer triassique primitive a été généreuse. Les provisions suffisent encore pour des siècles (illustration).

De quelle quantité de sel l’homme a-t-il besoin ?
Pas beaucoup, mais tous les jours. En moyenne, un adulte de 70 kg requiert env. 4 – 6 g, selon son activité physique. Par année, cela représente 2 kg de JURA-SEL® au prix avantageux de deux francs, iode et fluor compris.

Et les animaux ? Quelle quantité de sel leur faut-il ?
Naturellement les quantités sont très différentes, selon la performance souhaitée. Le besoin journalier des animaux de rente est le suivant : cheval 50 g, vache laitière 90 g, bovin 25–40 g, veau 15 g, porc 20 g, mouton 5–7 g, volaille 4 g et chèvre 2–5 g. Le sel est mélangé au fourrage ou proposé sous forme de pierre de sel à lécher. Les animaux sauvages herbivores recherchent eux-mêmes leur supplément de sel en cas de carence, dans la roche minérale et à des sources riches en minéraux ou salées. Les animaux sauvages carnivores reçoivent suffisamment de sel avec leurs proies.